Le projet

« J’ai été nourrie par les récits de mes grands-parents et de mes parents autour du poulet frites du dimanche ou de la soupe du soir  (…) Travaux pratiques d’histoire sociale, ces récits ont forgé mon imaginaire et la volonté d’écrire l’histoire des « gens de peu » »

Zancarini-Fournel,  2016.

 

Nantes, juin 2017, le projet interdisciplinaire Longévité, Mobilité, Autonomie auquel notre laboratoire participe touche à sa fin.

Le projet ne sera pas reconduit mais nous sommes loin d’avoir pu mener à bien tous les terrains envisagés.  Cela signifie qu’il nous faut trouver un terrain suffisamment large pour porter une dernière fois nos questionnements sur  le vieillissement et suffisamment restreint pour en avoir tirer des données intéressantes dans les quatre mois qu’il nous reste.

Cela fait plusieurs mois qu’Elvire Bornand veut travailler sur un micro-quartier nantais spécifique, la Halvèque. Elle a essayé avec un insuccès exemplaire de plonger les L1 dans une enquête sur ce territoire dans le cadre de l’U.E (Unité d’Enseignement) Modes d’enquête.  Cela a tout de même permis de tisser des liens avec des relais institutionnels et associatifs sur le quartier et donc de préparer une éventuelle entrée sur le terrain.

Un terrain choisi pour ses profondes mutations

A la fin du XIX° siècle, la voie ferrée connecte le bourg de Saint Joseph de Porterie à la commune de Nantes. Les terres alentours sont essentiellement dédiées au maraichage. Du terrain et une voie directe d’acheminement des marchandises, voilà ce qui va attirer une société parisienne la Société de construction des Batignolles (S.C.B.). Elle installe à Nantes une filiale, la Compagnie générale de construction de locomotive Batignolles-Châtillon dont la construction s’achève il y a tout juste un siècle en 1917.

Archives des Pays de la Loire, au fond l’usine, au premier plan les terres maraichères

La construction de l’usine s’est faite par expropriation des maraichers mais ils n’ont pas tous disparu et les ouvriers de la terre cohabiteront pendant plusieurs décennies avec les ouvriers du fer, jusqu’à ce que l’urbanisation croissante de ce quartier nantais les fassent disparaitre.  L’usine est immense, elle occupera jusqu’à 200 000 m2. Il faut loger les ouvriers qui affluent d’autres régions de France et de l’étranger. Trois cités ouvrières naissent, constituées de 500 pavillons en bois qui abriteront jusqu’à 2000 ouvriers.

Archives municipales de la Ville de Nantes. Une baraque en bois au sein de la cité ouvrière en 1930

Les propriétaires de l’usine ont été séduits par un voyage aux Etats-Unis et ont construits les cités à la mode américaine, un damier où chaque rue est désignée par un numéro.  Les baraques en bois sont d’un confort rudimentaire mais ont chacune un bout de jardin où ont trouvent de nombreux rosiers. Des équipements, école, église, terrain de sport, cinéma, dispensaire, sont également aménagés avec une participation financière de l’entreprise et / ou de l’Eglise catholique. Leur destruction est amorcée en 1965, le tissu pavillonnaire est remplacé par des barres verticales de logements sociaux. Autour des nouvelles tours se trouvent de petites maisons qui ont souvent été construites par des ouvriers des cités ayant accédé à la propriété. Souvent, les rosiers ont déménagé avec leurs propriétaires, les jardins particuliers portent aujourd’hui les rares traces visibles de ces décennies d’habitat ouvrier.

source Elvire Bornand Le bas des tours en 2017
Source : Elvire Bornand les maisons ouvrières rénovées en face des tours en 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inclure photo rosiers

Alors que se transforme l’habitat, l’industrie évolue aussi. L’usine passe entre plusieurs mains, des hangars sont détruits, revendus pour y construire d’autres usines ou des habitations. . Aujourd’hui les bâtiments survivants appartiennent au leader mondial de l’aéroréfrigération. Dernière grande réserve foncière de Nantes, 6eme ville de France par sa population, c’est sur le quartier que se construisent de grands équipements : stade de foot, clinique, centres commerciaux, palais des expositions. L’extrémité du grand quartier Nantes Erdre dans lequel se situe le micro-quartier de la Halvèque accueille un technopôle dédié aux grandes écoles (Les Mines, Ecole de design…) et aux start up. L’installation de nouvelles écoles et entreprises créent des besoins en logement dans un marché qui se tend.  2000 logements seront construits dans les prochaines années sur le quartier.

D’un point de vue socio-démographique, selon les données du recensement 2011 de l’INSEE, le micro-quartier est composé à 59% de logements sociaux et compte 2788 habitants. Le taux de pauvreté  (seuil 60% du revenu médian) s’y élève à 28,6%. Une partie du micro-quartier (1418 habitants) est en géographie prioritaire au sens de la politique de la Ville. 9% des habitants sont âgés de 65 ans et plus, un taux inférieur à la moyenne nantaise.

Le temps d’une vie centenaire (1917-2017) l’espace physique a été porteur des profondes transformations des espaces politiques, sociaux et économiques. Que pourraient nous apprendre des entretiens biographiques de la manière dont ceux qui les ont vécu ont gardé souvenir de ces transformations ?

C’est sur cette idée que germe l’enquête. Qu’est-ce que les habitants les plus âgés du quartier ont à raconter de ces décennies de travail, d’habitation, de loisirs. Quel regard portent-t-ils sur leur vie d’hier et  d’aujourd’hui ? La question de départ est formulée simplement et avec un ancrage théorique quasi inexistant, la méthode est inductive. Il s’agit de collecter une parole mémorielle sur deux temps forts de la vie, la jeunesse et la vieillesse, de voir comment l’un et l’autre sont racontés par des protagonistes issus des classes ouvrières et moyennes qui ont vécu toute ou partie de leur vie dans un quartier étrangement oublié.

Une problématique qui s’affirme progressivement : un petit pas pour l’Histoire majuscule et un grand pas pour l’histoire sociale

L’usine des Batignolles a été un fleuron de l’industrie nantaises aux côtés des chantiers navals et de la biscuiterie. Une grue titan jaune et le LU (entreprise Lefevre-Utile devenu Lieu Unique, structure culturelle) témoignent de ce passé au coeur du centre-ville. Du côté des Batignolles, il reste le nom (boulevard des Batignolles, tournée des Batignolles) et une baraque en bois qui a été reconstruite récemment à l’initiatives d’habitants, anciens ouvriers de l’usine, regroupés en association. L’importance de cette mémoire de l’espace privé est peu voire pas portée par les institutions et acteurs publics. S’il existe une attention portée au quartier, elle est centrée sur la vulnérabilité économique et sociale actuelle des résidants du parc social. L’occupation de l’usine par les ouvriers pour conquérir les droits sociaux, la création d’associations d’aide familiale, d’une  mutuelle, les actions d’éducation sexuelle, les colonies de vacances, toutes les initiatives prises par des personnes privées et des collectifs pour améliorer la vie quotidienne au sein du quartier, des initiatives qui démontrent les capacités d’organisation et d’action des classes populaires, sont oubliées ou presque.

Le quartier a fait l’objet d’une histoire militante, écrite d’une part par ses protagonistes, anciens ouvriers, instituteurs, curés et d’autre part par des sociologues nantais qui ont abordé le quartier comme une sorte de laboratoire social de la mémoire ouvrière dans les années 1980 et 1990. Ces différents acteurs se sont souvent croisés et ont collaboré dans des ouvrages et documentaires dont les titres sont souvent dérivés des paroles d’une chanson ouvrière américaine « du pain et des roses ». A titre d’exemple, le documentaire Mémoire des Batignolles Le pain noir et les roses rouges ou l’ouvrage Le pain noir et les roses Pompon. Cette expression du pain et des roses traduit la revendication d’une amélioration du quotidien, qui passe de la survie (le pain) à une vie agréable (les roses).

Cette histoire des luttes pour une vie agréable reste en grande partie à écrire, elles s’est racontée dans l’intime, autour du poulet frites et de la soupe (voir exergue). La sociologie peut contribuer à cette écriture en analysant comment s’opère la mise en récit mémoriel de ces parcours biographiques en choisissant d’interroger les acteurs à un moment d’achoppement, l’entrée dans le grand âge. « Ce qui se joue autour de la retraite peut être éclairée par une analyse plus large, attentive aux changements intervenus dans le mode de régulation des existences individuelles. celle-ci a été marquée, au début de l’ère industrielle par un mouvement d’institutionnalisation du cours de la vie, avant que ne s’esquisse, depuis les années 1970, une tendance à la désinstitutionnalisation« . (Caradec, 2015). Les luttes et les rêves pour reprendre le titre de l’ouvrage de M. Zancarini-Fournel (2016) se sont incarnés dans la conquête du domicile et du temps agréable. Le domicile était payé par l’usine, tout comme la construction de l’école et de l’usine. Les loisirs étaient proposés par le patronage. A travers l’accession à la propriété, les dynamiques de solidarité de proximité et la création d’associations, les ouvriers se sont peu à peu autonomisés des institutions qui rythmaient leur temps privé. Cette autonomie est menacée par un vieillissement perçu comme un processus de dépendance progressive nécessitant une relation d’aide extérieure voir l’abandon du domicile. Le grand vieillissement n’est pas perçu comme un accomplissement de soi mais comme un abandon de son autonomie (Caradec, 2015). Il reste la lutte mais pas les rêves et il s’agit d’une lutte pour repousser le temps de l’aide et / ou du départ pour une maison de retraite.

Ces constats sur le vieillissement s’appuient sur des terrains antérieurs effectués dans le cadre du projet LMA ( Bornand, Dussuet, 2015). Le terrain de la Halvèque est l’occasion de donner une autre dimension à ces questionnements en observant la dynamique autonomie-institutionnalisation de la vie quotidienne en différents temps du parcours biographique dans un contexte spécifique, un territoire qui, pour ses habitants et les sociologues qui y ont travaillé, symbolise une forme d’émancipation oubliée des classes populaires.

L’équipe : l’apprentissage de la sociologie par la porte qu’on vous claque au nez

La participation du Centre Nantais de Sociologie au projet régional interdisciplinaire LMA  est coordonné par Annie Dussuet et Véronique Guienne. Annie Dussuet et Elvire Bornand ont plus particulièrement travaillé sur l’institutionnalisation du vieillissement à travers l’étude des politiques publiques locales. Progressivement la focale s’est resserrée sur les enjeux de mobilité, faisant l’objet d’un projet spécifique, MOBINT,  dérivé de LMA et soutenu par l’Université (Bornand et al., 2017).  Dans les échanges avec les géographes et les psychologues des projets MOBINT et LMA, Elvire Bornand et Annie Dussuet se sont aperçues à plusieurs reprises, que le concept sociologique de mobilité était beaucoup plus large que ces cousins géographique et psychologique et comportait notamment une dimension sociale. Progressivement le questionnement sur la mobilité s’est transformé en interrogation de l’autonomie et de ses déterminants.

Pour creuser cette question il fallait non seulement se saisir d’un nouveau terrain, la Halvèque, mais également pouvoir s’appuyer sur une équipe capable de réaliser sur un temps court une campagne d’entretiens. C’est l’implication d’une étudiante de L1, Lou Bert, et de deux étudiants de L2, Claude Lévy et Thibault Rabain, qui a rendu ce terrain possible. Un terrain difficile, nécessitant des tours de quartier quasi quotidiens sur plusieurs mois pour se faire connaître et accepter. Les portes se sont fermées bien plus souvent qu’elles ne se sont ouvertes, les acceptations et refus d’entretiens ont révélé des rapports de genre sur lesquels nous reviendrons sur ce blog. Il a fallu expliquer, négocier et s’excuser… Car les refus n’ont été que peu liés à un manque d’intérêt pour le sujet, plutôt à une peur de mal dire, avoir l’air bête, ne pas être intéressant et aussi à une colère, colère que personne ne soit venue avant poser des questions. De notre expérience, c’est une des récurrences des enquêtes sur les quartiers paupérisés, le sentiment d’être ignoré, invisible, n’est pas compensé mais exacerbé par l’enquête. Il faut éprouver l’enquêteur, le voir s’accrocher, résister, montrer qu’il s’intéresse à la parole recueillie au point de continuer à frapper aux portes qui ne s’ouvrent pas, à venir dire bonjour lors des parties de cartes ou de pétanque ou à la grille du jardin. Et après avoir tant insisté pour entrer, il faut savoir partir, expliquer ce que l’on fera de ce qui s’est dit, partager en équipe  l’impression d’une dette de terrain envers des personnes plus fragiles que d’autres dont l’enquêteur a compris qu’il avait été l’évènement marquant de l’été. Se dire que non, on partira pas, et monter des dossiers de financements, discuter entre enseignants et étudiants pour trouver comment on retrouve un statut d’apprenant plutôt passif lorsqu’on a expérimenté l’enquête de terrain grandeur nature.

Si ce blog démarre quasiment trois mois après le début de l’enquête et à un mois de son possible achèvement, c’est qu’avant d’écrire tout ça sur le grand Internet mondial il fallait être au clair sur le terrain et avec le terrain. Cela implique bien sûr un biais de reconstruction dans ce billet, mais il en valait la chandelle.

 

 

Mémoire populaire et transformations sociales