Le projet

A la fin du XIX° siècle, la voie ferrée connecte le bourg de Saint Joseph de Porterie et ses maraichages à la commune de Nantes. En 2017 la Compagnie générale de construction de locomotive Batignolles- Châtillon lance la construction d’une usine de fabrication de locomotive en profitant des nouvelles voies ferrées. De vastes étendues de terre sont achetées et les maraichers expropriés. Pendant des décennies ouvriers de l’industrie et ouvriers agricoles vont cohabiter, l’urbanisation gagnant du terrain.

L’usine est immense, elle occupera jusqu’à 200 000m2. Il faut loger les ouvriers qui affluent d’autres régions de France et de l’étranger. Trois cités ouvrières naissent constituées de 500 pavillons en bois qui abriteront jusqu’à 2000 ouvriers. Après la seconde guerre mondiale, pour faire face aux besoins de relogement suite aux bombardements une nouvelle cité apparait au Grand Clos. En réponse au mal logement c’est ensuite la cité d’urgence de Port Durand qui se crée en réponse à l’appel de l’Abbé Pierre.  La destruction des trois cités ouvrières des Batignoles est lancée en 1965. Des tours de logements sociales s’élèvent sur les dernières traces des pavillons en bois.

Alors que se transformait l’habitat, l’industrie évoluait aussi. L’usine est passée entre plusieurs mains, des parties ont été détruites. Aujourd’hui les bâtiments survivants appartiennent au leader mondial de l’aéroréfrigération.

Alors que les maraichages disparaissaient laissant la place à l’industrie et à l’habitat, le quartier est apparu comme l’une des dernières réserves foncières d’une commune très dynamique faisant face aux tensions de son parc de logements et à des velléités d’accueillir grandes écoles, start up et industries de pointe. De grands équipements ont vu le jour comme le stade de la Beaujoire ou Atlanpole. 2000 logements seront construits dans les prochaines années sur le quartier.

Le temps d’une vie centenaire (1917-2017) l’espace physique a été porteur des profondes transformations des espaces politiques, sociaux et économiques.

 

 

Mémoire des mutations du XX° siècle