La vieillesse n’est pas qu’un mot, c’est aussi des sous

Hier, j’étais en réunion pour travailler sur le programme Ville amie des ainés. A la fin de la réunion j’ai fait remarquer que je trouvais que l’enjeu de la construction des personnes âgées slash seniors slash retraités comme catégorie transversale d’action publique avait beaucoup progressé en peu de temps. Bon en vrai, j’ai plutôt dit un truc comme « maintenant quand je dis « les vieux » beaucoup moins de gens me fixent dans un silence gêné« .

Les vieux ne sont pas qu’un problème de santé

J’avais en tête d’une part l’ambition de la réunion de travail à laquelle je venais d’assister, notamment en termes de mobilités. Il s’agit d’ une dimension forte du vieillissement, mais qui est gérée par des spécialistes des déplacements et non des experts du social (à qui est confiée la politique du vieillissement). Cela se traduit par des dispositifs peu adaptés traitant la question du vieillissement principalement sous l’angle tarifaire (faire payer les vieux moins cher) plutôt que sous l’angle de la vitesse de conduite, du temps d’ouverture des portes, de l’écart entre le marchepied et le trottoir, etc. Or là, il me semblait que les experts du vieillissement arrivaient à faire entrer leurs collègues des déplacements dans une autre logique. D’autre part, je repensais à une proposition d’article que nous avions envoyé en début de semaine avec ma comparse Frédérique Letourneux, article dans lequel nous soulignions combien la question de la vulnérabilité liée à l’âge a tardé à être prise en compte par les pouvoirs publics dans ses multiples facettes et non comme un enjeu monolithique de santé.

Et donc j’étais contente voire même pimpante. Je me disais que si l’ensemble des acteurs qui concourent directement ou indirectement à sécuriser les parcours de vie des des personnes âgées slash seniors slash retraités commencent à appeler un chat un chat , donc à se sentir à l’aise avec le fait que les personnes plus du tout jeunes sont vieilles et que les prendre en compte dans la construction et la mise en oeuvre d’une action publique ne ride pas cette dernière … cela allait se traduire par une évolution de la manière dont la vieillesse est aujourd’hui construite comme problème public.

Mais les vieux, ça fait pas rêver

Déplacements doux

Ce qui rend aujourd’hui difficile l’émergence d’un public vieux comme catégorie à part entière d’action publique hors du champ spécifique du vieillissement, c’est qu’en termes de marketing public , tout le monde veut des jeunes, de la Culture au Sport en passant par les Déplacements. Bah oui un déplacement doux en trottinette ça passe mieux qu’en version déambulateur. L’innovation, actuellement au coeur de la communication publique sur les territoires, est associée à un vocabulaire implicite de la jeunesse (dynamique, création, entrepreunariat, agilité…). Cela constitue un obstacle important à la prise en compte des vieux car dés la phase de construction du plan d’actions, les acteurs publics locaux anticipent des difficultés à communiquer positivement des résultats, ce, avec en toile de fond une compétitivité territoriale forte pour capter les jeunes familles d’actifs diplômés.

Donc connaître un moment de pimpant’attitude au sortir d’une réunion sur la prise en compte du public âgé dans l’action publique est suffisamment rare pour être apprécié.

On dit pas vieux, on dit 8 040 milliards d’euros

Après il y a bien fallu que je rentre chez moi.

Et chez moi, j’ai lu çà.

Si la vieillesse reste apparemment un naufrage :

« Financement des systèmes de retraite et de santé, défi de la grande dépendance…, les craintes sont nombreuses. » (Le Monde, 19 novembre 2019)

Le verre n’est est pas moins qu’à moitié vide :

« Mais que peut-on espérer en matière d’emploi ou de produit intérieur brut ? » (Le Monde, 19 novembre 2019)

Et eurêka, du coup, il peut être question d’innovation, car si les vieux ne sont toujours pas une catégorie transversale d’action publique, ils sont un marché multi-sectoriel.

« « Tous les secteurs économiques sont concernés par le vieillissement de la population », prévient Sophie Schmitt, consultante chez Seniosphère, un cabinet spécialisé dans le marketing auprès des personnes âgées.  » (Le Monde, 19 novembre 2019)

Les exemples fourmillent dans l’article. Les vieux partent en croisière, achètent des prothèses auditives, adorent changer de voiture et ont besoin de sols anti-dérapants à la maison. Plus encore, ils ont besoin d’applications spécifiques, le passage à la e-administration et le potentiel éloignement géographique des enfants ayant rendu nécessaire la détention d’un équipement informatique et d’une connexion internet. Et s’ils peinent à s’en servir, aucun problème, puisque les vieux permettent aussi à certaines entreprises de revoir leur positionnement et de trouver de nouveaux relais de croissance grâce à des services de veille et d’accompagnement. C’est la stratégie du groupe La Poste par exemple.

*

Le marché de l’autonomie fait aujourd’hui des vieux une clientèle spécifique alors que l’action publique peine à en faire un public à part entière de l’ensemble des politiques en direction des habitants d’un territoire.

Lettre d’info sur la Recherche sur le vieillissement juin 2018 (INED, CNAV)

La lettre d’information sur la recherche sur le vieillissement co-éditée par l’INED et la CNAV a ce mois-ci pour thème le financement de la dépendance.

Signe des temps , l’un des trois articles a préféré dans son titre le mot « autonomie » à celui de dépendance. Ceci dit, dans les trois cas, il s’agit de faire le point sur la nécessité de combiner différentes sources de financement pour répondre aux besoins des personnes dépendantes (ressources individuelles, ressources familiales, ressources publiques).

Paru : Allongement de la vie. Quels défis ? Quelles politiques ?

Le RT 7 de l’Association Française de sociologie signale la publication  aux Editions de la découverte d’un ouvrage collectif sur la longévité dirigé par Anne-Marie Guillemard et Elena Mascova et intitulé Allongement de la vie. Quels défis ? Quelles politiques ?

« Phénomène sans précédent dans l’histoire de l’humanité, l’allongement de la vie humaine est en train de révolutionner durablement le xxie siècle, sur tous les continents. Les progrès en longévité sont même devenus un objectif prioritaire des politiques publiques européennes, lesquelles préconisent à l’horizon 2020 un gain de deux années d’espérance de vie en bonne santé. Pourtant, l’ampleur de ces mutations et leurs nombreuses implications restent largement méconnues. » (extrait de la présentation de l’ouvrage).

Les contributions rassemblées dans l’ouvrage  se proposent d’explorer les conséquences de ces mutations d’un point de vue social, économique et éthique.

L’ouvrage est organisé en 5 parties :

Partie I. Progrès de l’espérance de vie et longévité en santé : état des lieux à l’échelle mondiale

Partie II. Longévité et recomposition des temps sociaux et des âges de la vie

Partie III. Longévité : refonder le pacte de solidarité entre les générations ?

Partie IV. Nouveaux risques sociaux : comment protéger et soigner dans une société de vie longue ?

Partie V. Prolonger la vie : quel sens, quel prix ?

 

 

Le chez-soi à l’épreuve des pratiques professionnelles

En débarquant dans ce quartier inconnu de nous qu’était alors la Halvèque, nous avons commencé à chercher visuellement les personnes âgées, dans l’espace public (rues, parcs) d’abord puis dans les commerces de proximité (bar PMU, coiffeur) et les activités de proximité (association pour le ré-emploi, Maison de quartier, terrain de boules). Nous en avons vu peu. Pour entrer en relation avec les personnes âgées du quartier, il a vite fallu se décider à frapper aux portes, à franchir le seuil de l’intime, du chez-soi. Les maisons n’étaient pas difficile à identifier, on nous les indiquait facilement dans la rue dans des échanges avec d’autres personnes du quartier. Se faire ouvrir la porte a été une autre histoire. Obtenir d’entrer et de se parler a été encore plus difficile. Mais le plus compliqué a finalement été de partir, plusieurs habitants s’étaient habitués au passage de Thibault, Claude et Lou, aux échanges depuis le jardin ou la fenêtre.

C’est toute l’ambiguïté du chez-soi dans l’expérience du vieillissement, espace de tranquillité et d’intimité dont on filtre les entrées, espace envahi par les professionnels lorsque l’autonomie diminue, espace vide renforçant un sentiment de solitude et d’invisibilité sociale.

Bernard Ennuyer et Mélanie Lépori viennent de diriger un ouvrage consacré à la manière dont les professionnels de l’habitat et de l’aide interviennent sur / dans le chez soi de la personne âgée.

Ils ont également accordé un entretien au RT7 « Vieillesses, vieillissements, parcours de vie » que le réseau publie sur son carnet de recherche. On y perçoit le grand enjeu de prendre en compte le rythme de vie de la personne âgée mais également ses limites notamment dues à la surcharge de travail des acteurs du soin et de l’aide.

Journée mondiale des archives audiovisuelles

crédit image @UNESCO

L’UNESCO célèbre aujourd’hui 27 octobre la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel. « Chaque jour, des centaines de milliers d’enregistrements sont capturés, conservés et annotés par les archivistes pour permettre la recherche, la découverte, les nouvelles interprétations, les utilisations et la jouissance de l’image animée et des enregistrements sonores. » (page web de Unesco). 

Sur la plateforme Hypothèses, Les carnets de la phonothèque proposent de faire découvrir aux chercheurs comme au grand public des archives sonores de terrain. Ce mercredi 26 octobre le billet publié concerne les archives sonores déposées à la MSH d’Aix-en-Provence par l’ethnologue Pierre Laurence. On peut découvrir des extraits de la captation sonore qu’il a réalisé des légendes cévenoles.

Notre projet de recherche sur la Halvèque inclut la constitution d’archives visuelles et sonores. Cela pose des questions matérielles (qualité de l’enregistrement), de compétences (montage de l’enregistrement, stockage, mise à disposition) et éthiques (le consentement de l’enquêté à ce que sa voix soit rendue publique et conservée comme trace mémorielle).  Nous développerons ces questions dans de prochains billets.

Parution de Vieillissement et classes sociales

Natalia Burnay et Cornélia Hummel ont dirigé un ouvrage centré sur les conditions de vie des retraités. Y sont analysées les politiques dites du « bien vieillir », les services à la personne, la participation sociale des personnes âgées et l’évolution des rapports de genre et de classe dans le processus de vieillissement.

L’ouvrage « propose également un regard réflexif sur les travaux sociologiques dans le domaine du vieillissement en questionnant, du point de vue historique, leur rôle dans le processus d’invisibilisation des effets de classe dans ce champs d’étude et en montrant comment les perspectives issues des études de genre ouvrent la voie  à un renouveau des analyses en termes de classes dans le cadre des approches intersectionnelles« .  La présentation complète est à lire ici.

Conférence « Recherche sur le vieillissement en France »

Les 4 et 5 décembre prochains se tiendra à Paris la conférence « Recherche sur le vieillissement en France » organisée par [on prend son souffle, la liste est longue] le GDR Longévité et vieillissements, les GDRI Physiology and Genetics of healthy aging (GDRI PhyGHA) et Vieillissement en Afrique (GDRI VA), le réseau des jeunes chercheurs en SHS Vieillissements & société et le Réseau d’Études International sur l’Âge, la CitoyenneTé et l’Intégration Socio-économique (REIACTIS Junior).

Le pré-programme donne quelques infos sur les quatre grands thèmes abordés :

  • Mobilité et habitat
  • Politiques publiques et transitions
  • Expériences du vieillissement
  • Adaptabilité et technologie

Plus d’infos sur les activités du GDR Longévité et vieillissement.

 

Grand âge et peur de mourir… seul

Madame de Montespan est souvent citée comme l’exemple emblématique des personnes qui craignent farouchement la mort.  On doit cette image au portrait que fait d’elle Saint-Simon dans ses Mémoires.  Philippe Ariès atténue cette image dans son Essai sur l’histoire de la mort en Occident en précisant que l’attitude de madame de Montespan prouve qu’elle craint moins la mort que le fait de  mourir seule. « Elle couchait tous ses rideaux ouverts avec beaucoup de bougies dans sa chambres, ses veilleuses autour d’elle, qu’à toutes les fois qu’elle se réveillait, elle voulait trouver causant, joliment ou mangeant pour se rassurer contre leur assoupissement« .  (Saint-Simon, cité par Ariès, p.19).

face-984031_1920En décembre dernier j’ai animé un débat entre personnes âgées dont le sujet initial était « se sentir en sécurité » . Je pensais qu’on allait surtout parler des chutes et des aménagements du domicile. Le premier tour de table a révélé que pour plusieurs personnes ne pas se sentir en sécurité c’était craindre de mourir seul(e) et sans que personne (proches, voisins) ne s’en aperçoive.

Continuer la lecture de Grand âge et peur de mourir… seul

Mémoire populaire et transformations sociales

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search