Tous les articles par Elvire Bornand

Le chez-soi à l’épreuve des pratiques professionnelles

En débarquant dans ce quartier inconnu de nous qu’était alors la Halvèque, nous avons commencé à chercher visuellement les personnes âgées, dans l’espace public (rues, parcs) d’abord puis dans les commerces de proximité (bar PMU, coiffeur) et les activités de proximité (association pour le ré-emploi, Maison de quartier, terrain de boules). Nous en avons vu peu. Pour entrer en relation avec les personnes âgées du quartier, il a vite fallu se décider à frapper aux portes, à franchir le seuil de l’intime, du chez-soi. Les maisons n’étaient pas difficile à identifier, on nous les indiquait facilement dans la rue dans des échanges avec d’autres personnes du quartier. Se faire ouvrir la porte a été une autre histoire. Obtenir d’entrer et de se parler a été encore plus difficile. Mais le plus compliqué a finalement été de partir, plusieurs habitants s’étaient habitués au passage de Thibault, Claude et Lou, aux échanges depuis le jardin ou la fenêtre.

C’est toute l’ambiguïté du chez-soi dans l’expérience du vieillissement, espace de tranquillité et d’intimité dont on filtre les entrées, espace envahi par les professionnels lorsque l’autonomie diminue, espace vide renforçant un sentiment de solitude et d’invisibilité sociale.

Bernard Ennuyer et Mélanie Lépori viennent de diriger un ouvrage consacré à la manière dont les professionnels de l’habitat et de l’aide interviennent sur / dans le chez soi de la personne âgée.

Ils ont également accordé un entretien au RT7 « Vieillesses, vieillissements, parcours de vie » que le réseau publie sur son carnet de recherche. On y perçoit le grand enjeu de prendre en compte le rythme de vie de la personne âgée mais également ses limites notamment dues à la surcharge de travail des acteurs du soin et de l’aide.

Journée mondiale des archives audiovisuelles

crédit image @UNESCO

L’UNESCO célèbre aujourd’hui 27 octobre la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel. « Chaque jour, des centaines de milliers d’enregistrements sont capturés, conservés et annotés par les archivistes pour permettre la recherche, la découverte, les nouvelles interprétations, les utilisations et la jouissance de l’image animée et des enregistrements sonores. » (page web de Unesco). 

Sur la plateforme Hypothèses, Les carnets de la phonothèque proposent de faire découvrir aux chercheurs comme au grand public des archives sonores de terrain. Ce mercredi 26 octobre le billet publié concerne les archives sonores déposées à la MSH d’Aix-en-Provence par l’ethnologue Pierre Laurence. On peut découvrir des extraits de la captation sonore qu’il a réalisé des légendes cévenoles.

Notre projet de recherche sur la Halvèque inclut la constitution d’archives visuelles et sonores. Cela pose des questions matérielles (qualité de l’enregistrement), de compétences (montage de l’enregistrement, stockage, mise à disposition) et éthiques (le consentement de l’enquêté à ce que sa voix soit rendue publique et conservée comme trace mémorielle).  Nous développerons ces questions dans de prochains billets.

Parution de Vieillissement et classes sociales

Natalia Burnay et Cornélia Hummel ont dirigé un ouvrage centré sur les conditions de vie des retraités. Y sont analysées les politiques dites du « bien vieillir », les services à la personne, la participation sociale des personnes âgées et l’évolution des rapports de genre et de classe dans le processus de vieillissement.

L’ouvrage « propose également un regard réflexif sur les travaux sociologiques dans le domaine du vieillissement en questionnant, du point de vue historique, leur rôle dans le processus d’invisibilisation des effets de classe dans ce champs d’étude et en montrant comment les perspectives issues des études de genre ouvrent la voie  à un renouveau des analyses en termes de classes dans le cadre des approches intersectionnelles« .  La présentation complète est à lire ici.

 

Appel à com Vieillesses (im)mobiles Deadline 4 nov 2017

Après une journée d’étude sur les mobilités internationales et interrégionales, le groupe VieillissementS et Société souhaite s’intéresser aux mobilités « locales ». Cette journée scientifique entend aborder les questions de mobilités – et corollairement, d’immobilité – dans la vie quotidienne des personnes dites âgées.

La notion de « mobilité locale » aussi appelée « mobilité quotidienne », est mobilisée par diverses disciplines des sciences sociales (psychologie, sociologie et géographie). Parmi ses nombreuses appréhensions, on peut retenir qu’elle se réfère «aux territoires que nous fréquentons, aux ressources que nos capacités nous permettent d’atteindre et de mobiliser, aux obligations de mobilité qui résultent tant de l’organisation des espaces que de normes, implicites ou explicites » (Orfeuil, Ripoll et Hancock, 2015 : 12). Aussi, si cette mobilité prend un caractère individuel, sa mise en œuvre dépend de l’environnement physique (relief, météorologie, aménagement urbain) et social (ressources, cultures, réseau relationnel, urbanisme, etc.). On comprend avec Danilo Martuccelli combien l’expérience de la mobilité est profondément traversée par une dimension sociale.  (…)

L’ancrage social de la mobilité locale amène l’individu – au gré de sa position dans le cycle de vie, de son état de santé, de sa situation familiale et professionnelle, mais aussi du climat – à aménager et à faire évoluer sa façon de se déplacer, d’appréhender l’espace, la distance à autrui. Dans le cadre de la mobilité locale des personnes âgées, les tensions ont tendance à s’accentuer entre la personne (ses appréhensions, ses contraintes physiques) et son environnement. A partir de ces éléments, la perception de l’environnement évolue. A l’heure de la retraite et au grand-âge, la mobilité locale est marquée par une transition : celle-ci prend souvent la forme d’une modification des pratiques de mobilité quotidienne et peut s’illustrer par une décroissance des déplacements. D’une part, cette transformation est induite par les évolutions qui s’opèrent dans les autres domaines de vie: la cessation des rôles professionnels, la modification des rôles familiaux et des obligations familiales envers les ascendants et les descendants, etc. D’autre part, l’apparition ou l’augmentation des difficultés physiques présente le risque de générer des ruptures de chaînes de déplacements et un rétrécissement des déplacements locaux et quotidiens (Dumas, 2012). La perspective de l’épreuve du grand-âge permet de lire l’expérience de la mobilité au prisme de la tension entre le sentiment d’« éloignement du monde » et l’enjeu du « maintien dans le monde », tension qui peut être révélée, ou accentuée notamment par la promotion politique du « vieillissement actif ». (Caradec, 2007).

La journée d’études a lieu le 2 février 2018 à Paris. La proposition de communication est à adresser avant le 4 novembre minuit. Le texte complet de l’appel est ici.

Conférence « Recherche sur le vieillissement en France »

Les 4 et 5 décembre prochains se tiendra à Paris la conférence « Recherche sur le vieillissement en France » organisée par [on prend son souffle, la liste est longue] le GDR Longévité et vieillissements, les GDRI Physiology and Genetics of healthy aging (GDRI PhyGHA) et Vieillissement en Afrique (GDRI VA), le réseau des jeunes chercheurs en SHS Vieillissements & société et le Réseau d’Études International sur l’Âge, la CitoyenneTé et l’Intégration Socio-économique (REIACTIS Junior).

Le pré-programme donne quelques infos sur les quatre grands thèmes abordés :

  • Mobilité et habitat
  • Politiques publiques et transitions
  • Expériences du vieillissement
  • Adaptabilité et technologie

Plus d’infos sur les activités du GDR Longévité et vieillissement.

 

Paris sans le peuple

Anne Cherval, géographe, a publié son travail de thèse sous un titre fort Paris sans le peuple, la gentrification de la capitale aux éditions de La découverte.

Il ne s’agit pas d’expliquer que Paris est une ville bourgeoise, ça pour Anne Cherval, tout le monde le sait. ll s’agit d’expliquer quels ont été les processus à l’oeuvre dans cette gentrification. Car si Paris est bourgeoise aujourd’hui, ça n’a pas toujours été le cas. L’autrice montre comme les phénomènes mondiaux et régionaux ont des effets jusque dans les quartiers. A Paris, les effets sur les quartiers populaires ont été plus tardifs que dans d’autres villes françaises. Les politiques publiques nationales et locales y ont joué un rôle complexe.

Pour elle, la gentrification jouit d’une perception positive car il s’agit d’un embellissement d’un quartier et les processus d’exclusion des populations défavorisées ne sont pas visibles sauf lorsque ces populations sont habituées à des conditions de vie très difficiles et s’accrochent au quartier qu’elles ne souhaitent pas quitter. Anne Cherval souligne l’importance des échelles auxquelles on considère le territoire. Ainsi il est plus facile de faire apparaître dans les statistiques une mixité de population à l’échelle d’un quartier que d’une ville, en tout cas à Paris.