Grand âge et peur de mourir… seul

Madame de Montespan est souvent citée comme l’exemple emblématique des personnes qui craignent farouchement la mort.  On doit cette image au portrait que fait d’elle Saint-Simon dans ses Mémoires.  Philippe Ariès atténue cette image dans son Essai sur l’histoire de la mort en Occident en précisant que l’attitude de madame de Montespan prouve qu’elle craint moins la mort que le fait de  mourir seule. « Elle couchait tous ses rideaux ouverts avec beaucoup de bougies dans sa chambres, ses veilleuses autour d’elle, qu’à toutes les fois qu’elle se réveillait, elle voulait trouver causant, joliment ou mangeant pour se rassurer contre leur assoupissement« .  (Saint-Simon, cité par Ariès, p.19).

face-984031_1920En décembre dernier j’ai animé un débat entre personnes âgées dont le sujet initial était « se sentir en sécurité » . Je pensais qu’on allait surtout parler des chutes et des aménagements du domicile. Le premier tour de table a révélé que pour plusieurs personnes ne pas se sentir en sécurité c’était craindre de mourir seul(e) et sans que personne (proches, voisins) ne s’en aperçoive.

Il faut comprendre la peur de mourir seul comme la crainte de mourir deux fois comme aurait dit Louis-Vincent Thomas. Il existe pour cet auteur deux morts qui peuvent frapper l’être humain, la mort biologique et la mort sociale. La première consiste en un arrêt des fonctions vitales, la seconde consiste à devenir / se sentir invisible aux yeux des autres et c’est des deux et de loin  la plus terrifiante.

Les personnes âgées témoignant de leur peur de mourir seules disent leur angoisse que leur corps ne soit pas retrouvé « à temps » c’est-à-dire avant que ne se dégage du corps  l’odeur liée au processus de pourrissement.  Cela traduit un fort sentiment d’isolement social, de mise à l’écart de la société. Quand vient l’idée qu’on ne sera pas retrouvé à temps, c’est que tout en étant vivant on se sent déjà un peu socialement mort. Cela traduit le sentiment de ne plus exister aux yeux des autres alors qu’on est toujours biologiquement en vie.

Le plus souvent les remparts à cette peur sont des gens qui ne sont pas conscients du rôle qu’ils jouent dans la vie de ces personnes âgées. Le voisin ou la voisine qui dit bonjour chaque matin et ose frapper à la porte si la personne âgée n’est pas sortie. Le boucher, le boulanger ou le propriétaire du tabac/presse qui écoutent d’une oreille plus ou moins patiente et attentive la personne âgée parler du temps qu’il fait.

Les professionnels du domicile, soignants et services à la personne, jouent un rôle plus conscient et tout aussi essentiel. Leur présence régulière, c’est la garantie pour une personne âgée isolée qu’elle existe encore dans le regard d’un autre. D’un autre qui s’inquiètera si elle n’ouvre pas la porte. D’un autre qui « fera ce qu’il faut » si elle est retrouvée morte un matin, c’est-à-dire qui prendra soin de la dépouille. Ce rôle comme celui des voisins et des commerçants peut être difficile à assumer parfois faute de temps.

« Le temps c’est de l’argent », l’expression s’est imposée. En a-t-on une pour exprimer la valeur du temps passé juste à faire exister l’autre, à lui donner vie par le regard ? Car si la mort biologique ne peut être évitée, la mort sociale tient à la manière dont nous choisissons de faire société.


2 réflexions sur « Grand âge et peur de mourir… seul »

  1. Derriere la peur de vieillir peut se cacher la peur de mourir. Elle est aussi souvent en relation avec la peur des effets negatifs de la vieillesse, la baisse plus ou moins importante de ses capacites. Mais elle peut egalement etre liee a la crainte de voir disparaitre ses proches; la peur du deuil, des deuils. La mort des etres aimes plonge dans la souffrance et dans la solitude. Elle est toujours un rappel a l’ordre, un rappel de notre propre mort a venir. Etant plus proche pour les personnes agees ce rappel est plus fort. Cependant le deuil qui consiste a surmonter l’epreuve de la perte peut aussi rendre plus fort, plus confiant dans ses capacites a surmonter les epreuves.

  2. Merci pour cet article intéressant.

    Juste une petite rectification : la Montespan n’avait pas peur de « mourir seule », elle avait peur d’aller en enfer en cas de mort subite. C’est pour cela qu’elle voulait qu’un prêtre soit joignable à tout moment dans la nuit à quelques dizaines de mètres de sa chambre. Des servantes ou serviteurs devaient rester éveillés, ainsi au cas où elle serait en danger de mort pendant la nuit, ils pourraient courir chercher le prêtre pour la confesser, afin qu’elle ne meure pas en état de péché mortel et ne se damne pas !

    Ce cas est donc très différent d’une angoisse de mourir seul.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.