Le chez-soi à l’épreuve des pratiques professionnelles

En débarquant dans ce quartier inconnu de nous qu’était alors la Halvèque, nous avons commencé à chercher visuellement les personnes âgées, dans l’espace public (rues, parcs) d’abord puis dans les commerces de proximité (bar PMU, coiffeur) et les activités de proximité (association pour le ré-emploi, Maison de quartier, terrain de boules). Nous en avons vu peu. Pour entrer en relation avec les personnes âgées du quartier, il a vite fallu se décider à frapper aux portes, à franchir le seuil de l’intime, du chez-soi. Les maisons n’étaient pas difficile à identifier, on nous les indiquait facilement dans la rue dans des échanges avec d’autres personnes du quartier. Se faire ouvrir la porte a été une autre histoire. Obtenir d’entrer et de se parler a été encore plus difficile. Mais le plus compliqué a finalement été de partir, plusieurs habitants s’étaient habitués au passage de Thibault, Claude et Lou, aux échanges depuis le jardin ou la fenêtre.

C’est toute l’ambiguïté du chez-soi dans l’expérience du vieillissement, espace de tranquillité et d’intimité dont on filtre les entrées, espace envahi par les professionnels lorsque l’autonomie diminue, espace vide renforçant un sentiment de solitude et d’invisibilité sociale.

Bernard Ennuyer et Mélanie Lépori viennent de diriger un ouvrage consacré à la manière dont les professionnels de l’habitat et de l’aide interviennent sur / dans le chez soi de la personne âgée.

Ils ont également accordé un entretien au RT7 « Vieillesses, vieillissements, parcours de vie » que le réseau publie sur son carnet de recherche. On y perçoit le grand enjeu de prendre en compte le rythme de vie de la personne âgée mais également ses limites notamment dues à la surcharge de travail des acteurs du soin et de l’aide.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.