Archives par mot-clé : échelle territoriale

Paris sans le peuple

Anne Cherval, géographe, a publié son travail de thèse sous un titre fort Paris sans le peuple, la gentrification de la capitale aux éditions de La découverte.

Il ne s’agit pas d’expliquer que Paris est une ville bourgeoise, ça pour Anne Cherval, tout le monde le sait. ll s’agit d’expliquer quels ont été les processus à l’oeuvre dans cette gentrification. Car si Paris est bourgeoise aujourd’hui, ça n’a pas toujours été le cas. L’autrice montre comme les phénomènes mondiaux et régionaux ont des effets jusque dans les quartiers. A Paris, les effets sur les quartiers populaires ont été plus tardifs que dans d’autres villes françaises. Les politiques publiques nationales et locales y ont joué un rôle complexe.

Pour elle, la gentrification jouit d’une perception positive car il s’agit d’un embellissement d’un quartier et les processus d’exclusion des populations défavorisées ne sont pas visibles sauf lorsque ces populations sont habituées à des conditions de vie très difficiles et s’accrochent au quartier qu’elles ne souhaitent pas quitter. Anne Cherval souligne l’importance des échelles auxquelles on considère le territoire. Ainsi il est plus facile de faire apparaître dans les statistiques une mixité de population à l’échelle d’un quartier que d’une ville, en tout cas à Paris.