La vieillesse n’est pas qu’un mot, c’est aussi des sous

Hier, j’étais en réunion pour travailler sur le programme Ville amie des ainés. A la fin de la réunion j’ai fait remarquer que je trouvais que l’enjeu de la construction des personnes âgées slash seniors slash retraités comme catégorie transversale d’action publique avait beaucoup progressé en peu de temps. Bon en vrai, j’ai plutôt dit un truc comme “maintenant quand je dis “les vieux” beaucoup moins de gens me fixent dans un silence gêné“.

Les vieux ne sont pas qu’un problème de santé

J’avais en tête d’une part l’ambition de la réunion de travail à laquelle je venais d’assister, notamment en termes de mobilités. Il s’agit d’ une dimension forte du vieillissement, mais qui est gérée par des spécialistes des déplacements et non des experts du social (à qui est confiée la politique du vieillissement). Cela se traduit par des dispositifs peu adaptés traitant la question du vieillissement principalement sous l’angle tarifaire (faire payer les vieux moins cher) plutôt que sous l’angle de la vitesse de conduite, du temps d’ouverture des portes, de l’écart entre le marchepied et le trottoir, etc. Or là, il me semblait que les experts du vieillissement arrivaient à faire entrer leurs collègues des déplacements dans une autre logique. D’autre part, je repensais à une proposition d’article que nous avions envoyé en début de semaine avec ma comparse Frédérique Letourneux, article dans lequel nous soulignions combien la question de la vulnérabilité liée à l’âge a tardé à être prise en compte par les pouvoirs publics dans ses multiples facettes et non comme un enjeu monolithique de santé.

Et donc j’étais contente voire même pimpante. Je me disais que si l’ensemble des acteurs qui concourent directement ou indirectement à sécuriser les parcours de vie des des personnes âgées slash seniors slash retraités commencent à appeler un chat un chat , donc à se sentir à l’aise avec le fait que les personnes plus du tout jeunes sont vieilles et que les prendre en compte dans la construction et la mise en oeuvre d’une action publique ne ride pas cette dernière … cela allait se traduire par une évolution de la manière dont la vieillesse est aujourd’hui construite comme problème public.

Mais les vieux, ça fait pas rêver

Déplacements doux

Ce qui rend aujourd’hui difficile l’émergence d’un public vieux comme catégorie à part entière d’action publique hors du champ spécifique du vieillissement, c’est qu’en termes de marketing public , tout le monde veut des jeunes, de la Culture au Sport en passant par les Déplacements. Bah oui un déplacement doux en trottinette ça passe mieux qu’en version déambulateur. L’innovation, actuellement au coeur de la communication publique sur les territoires, est associée à un vocabulaire implicite de la jeunesse (dynamique, création, entrepreunariat, agilité…). Cela constitue un obstacle important à la prise en compte des vieux car dés la phase de construction du plan d’actions, les acteurs publics locaux anticipent des difficultés à communiquer positivement des résultats, ce, avec en toile de fond une compétitivité territoriale forte pour capter les jeunes familles d’actifs diplômés.

Donc connaître un moment de pimpant’attitude au sortir d’une réunion sur la prise en compte du public âgé dans l’action publique est suffisamment rare pour être apprécié.

On dit pas vieux, on dit 8 040 milliards d’euros

Après il y a bien fallu que je rentre chez moi.

Et chez moi, j’ai lu çà.

Si la vieillesse reste apparemment un naufrage :

Financement des systèmes de retraite et de santé, défi de la grande dépendance…, les craintes sont nombreuses.” (Le Monde, 19 novembre 2019)

Le verre n’est est pas moins qu’à moitié vide :

Mais que peut-on espérer en matière d’emploi ou de produit intérieur brut ?” (Le Monde, 19 novembre 2019)

Et eurêka, du coup, il peut être question d’innovation, car si les vieux ne sont toujours pas une catégorie transversale d’action publique, ils sont un marché multi-sectoriel.

« Tous les secteurs économiques sont concernés par le vieillissement de la population », prévient Sophie Schmitt, consultante chez Seniosphère, un cabinet spécialisé dans le marketing auprès des personnes âgées. ” (Le Monde, 19 novembre 2019)

Les exemples fourmillent dans l’article. Les vieux partent en croisière, achètent des prothèses auditives, adorent changer de voiture et ont besoin de sols anti-dérapants à la maison. Plus encore, ils ont besoin d’applications spécifiques, le passage à la e-administration et le potentiel éloignement géographique des enfants ayant rendu nécessaire la détention d’un équipement informatique et d’une connexion internet. Et s’ils peinent à s’en servir, aucun problème, puisque les vieux permettent aussi à certaines entreprises de revoir leur positionnement et de trouver de nouveaux relais de croissance grâce à des services de veille et d’accompagnement. C’est la stratégie du groupe La Poste par exemple.

*

Le marché de l’autonomie fait aujourd’hui des vieux une clientèle spécifique alors que l’action publique peine à en faire un public à part entière de l’ensemble des politiques en direction des habitants d’un territoire.